";s:21:"divi_integration_body";s:1562:"

Auteurs, libérez votre puissance créatrice !

Oct 13, 2020 | Inspiration et écriture

Les auteurs débutants ont souvent des préjugés quant à la manière dont un écrivain doit aborder son travail. Il nous paraissait important de vous partager quelques points de vue intéressants d’auteurs avec qui nous avons travaillé. En tant qu’auteur débutant, ou même expérimenté, vous trouverez sans doute matière dans cet article à expérimenter de nouvelles approches. C’est souvent en changeant de point de vue qu’on découvre les meilleures idées. Commençons !

Savoir sortir de sa bulle d’auteur

L’écriture est un travail assez solitaire qui demande du calme et de la patience. L’effort de concentration est tellement important pour aller au bout de leur manuscrit que certains auteurs s’enferment parfois dans leurs idées, au risque de publier finalement un livre qui ne rencontrera pas son public.

C’est sur un coup de tête qu’un auteur a décidé un jour de partager avec ses lecteurs une difficulté qu’il rencontrait dans un chapitre de son livre. Il en a donc posté un extrait sur son réseau social préféré et a franchement fait part de ses doutes. À sa grande surprise, il a obtenu de nombreuses réponses et quelques avis particulièrement éclairants qui l’ont fait changer de point de vue. Grâce à cela, il a pu sortir du cadre et reprendre l’écriture de son livre.

Solution : Le perfectionnisme et la solitude sont parmi les plus grands écueils d’un auteur. Au lieu de redouter la réaction de votre public et de vous enfermer dans votre bulle, n’hésitez pas à le consulter. De cette façon vous préparerez également la promotion de votre ouvrage. En associant votre réseau à votre travail d’écriture, vous commencerez aussi à faire parler de votre livre.

Travaillez tous les jours à votre écriture et votre inspiration grandira

Un de nos auteurs pensait qu’il lui fallait construire son projet de livre dans les moindres détails avant de se lancer. Il ne s’estimait jamais assez prêt et ne parvenait pas à entamer la rédaction de son manuscrit. L’ampleur de la tâche le décourageait un peu. Lassé de toujours remettre à plus tard son ouvrage, il s’est finalement lancé dans l’écriture, chaque matin, sans but précis, pour apprendre de l’expérience. Quelquefois, il travaillait sur le manuscrit de son livre, d’autres fois il s’agissait plutôt de traiter de sujets qui lui passaient par la tête. Grâce à la régularité de son travail, il est arrivé à produire une page de texte par jour, c’est-à-dire environ six cents mots. À la fin, il s’est aperçu que les textes qu’il avait écrits en parallèle de son manuscrit avaient une certaine cohérence. Il a eu l’idée de les publier sous la forme d’un bloc-notes.

A force d’écrire, son style s’est beaucoup amélioré. Il s’est débarrassé de ses tics de langage, des tournures de phrase qu’il utilisait un peu trop fréquemment, il a allégé son style et affermi son propos. C’est en travaillant chaque jour qu’il est devenu un meilleur écrivain.

Finalement le bloc-notes lui a servi de galop d’essai pour en apprendre davantage sur la publication d’un livre. Il a ensuite pu s’investir à fond dans la finalisation de son manuscrit et six mois plus tard, son second livre voyait le jour.

Solution : On dit que c’est en forgeant que l’on devient forgeron. Plus vous écrirez, meilleur écrivain vous serez et plus vous aurez de plaisir.

Qui trop embrasse, mal étreint : définissez votre public cible

Tout le monde imagine que la meilleure stratégie est celle qui consiste à rejoindre le grand public. Le problème c’est que c’est très difficile de se faire remarquer dans l’océan de nouveautés qui sont publiées chaque semaine. Les best-sellers, il y en a très peu et la promotion ça coûte vite très cher quand on veut voir grand.

Le succès d’un best-seller repose sur le talent de l’écrivain, mais également sur d’autres paramètres très difficiles à maîtriser comme une sensibilité particulièrement fine de l’air du temps et aussi une certaine dose de chance. L’édition est un métier de pari, personne n’a jamais trouvé la recette pour publier un best-seller.

Pour commencer, il est plus sûr de viser un public bien défini, que vous connaissez bien et qui vous connaît aussi. Voici quelques bonnes raisons d’écrire un livre pour un public ciblé :

  • Grâce à la connaissance fine que vous avez de votre auditoire, vous serez capable de l’intéresser avec des thématiques qui l’intéressent et vous augmenterez ainsi vos chances de réussite ;
  • Vous aurez moins de concurrents ;
  • En ciblant un lectorat bien déterminé, vous pourrez également faire preuve de plus d’originalité dans le traitement de votre sujet. Si vous l’abordez d’une façon inédite, votre public sera intéressé de découvrir votre point de vue novateur ;
  • Vous pourrez communiquer avec lui de façon régulière pour élargir progressivement votre notoriété.

Solution : Définissez votre public cible et focalisez-vous sur lui. Pour en savoir plus sur la meilleure façon de rejoindre votre public cible, lisez notre article de blogue sur le sujet.

Pour écrire un livre, il faut surtout de la discipline

Ne dit-on pas que l’enfer est pavé de bonnes intentions ? C’est parce que vous travaillerez jour après jour sur votre manuscrit que vous parviendrez à terminer votre livre. Vous décuplerez votre motivation en établissant des règles de travail. Ce n’est pas parce que l’idée d’écrire votre livre est assez motivante que vous serez capable d’être suffisamment rigoureux. C’est plutôt le contraire.

Avez-vous lu le livre de Haruki Murakami intitulé Autoportrait de l’auteur en coureur de fond ? Nous vous le recommandons, car l’auteur y explique la similitude entre la discipline qu’un auteur doit développer pour rester tous les jours assis pendant des heures à sa table d’écriture et celle de l’entraînement nécessaire à l’accomplissement d’un marathon.

Par son expérience, Murakami nous démontre qu’un auteur doit autant à sa ténacité et à sa capacité à se concentrer sur les règles qu’il s’est fixées qu’à son talent. Il explique comment la course à pied lui a permis de développer sa persévérance, de mieux se connaître et de repousser ses limites. Le confort intellectuel peut être aussi un écueil pour un auteur. L’écriture est un travail physique qui nécessite « une dynamique laborieuse et exténuante », selon cet écrivain japonais.

Surmonter les difficultés, augmenter ses capacités, relier son corps et son esprit, se donner des règles, c’est la seule façon d’atteindre un objectif. On parvient plus facilement au bout d’un manuscrit en accomplissant une somme de petits entraînements et en relevant de petits défis qu’on s’est fixés pour prendre confiance en soi. C’est une vision diamétralement opposée au préjugé que les grands écrivains ont forcément une vie déréglée. En réalité, ceux qui vivent de leur plume passent tous les jours des heures à leur table d’écriture, se lèvent tôt et respectent des rituels très rigoureux.

Murakami nous démontre à quel point le goût pour la solitude et l’effort se rejoignent chez le coureur de fond et l’écrivain. On retrouve cette même volonté de gagner sur soi-même. Il ajoute que si l’on n’est pas maître de son talent, on peut améliorer sa concentration et sa persévérance « avec des exercices très semblables à l’entraînement musculaire. »

Solution : Il faut être discipliné pour accomplir ses objectifs d’écriture. Être auteur, c’est un peu comme être un athlète. Lisez sur notre blogue les articles de la catégorie « Inspiration et écriture » qui vous donneront de précieuses règles pour mieux organiser votre travail d’écriture.

Ecoutez-vous, ayez confiance en votre puissance créative !

Pour aller au bout d’un manuscrit, les personnalités extraverties auront probablement plus de mal à s’accrocher à leur table de travail, dans le silence et la solitude, alors que des profils plus introvertis y parviendront sans trop de difficultés. Au risque de tendre vers le simplisme, on peut dire que les premiers, s’ils ont une fibre créative, seront plutôt chanteurs ou acteurs alors que les seconds seront écrivains. C’est sans doute en bonne partie pour cela que les auteurs ont souvent un profil introverti.

L’écriture naît des sentiments que vous éprouvez, de la fièvre ou de l’enthousiasme que vous ressentez, des idées auxquelles vous souhaitez donner vie en traduisant vos émotions en phrases polies et re-polies. La force évocatrice des mots, un vocabulaire précis et riche, sont pour vous des moyens d’exprimer avec finesse des sensations insaisissables. Vous aimez exprimer l’indicible, mais vous le ferez plutôt par l’écrit qu’à l’oral.
Pourtant, l’auteur que vous êtes est aussi pétri de doutes. Il ne sait pas s’il sera compris et se demande même s’il ne sera pas contredit. Vous avez le sens du détail, une bonne compréhension des mécanismes psychologiques et vous vous connaissez plutôt bien. Alors, vous devriez peut-être aller voir du côté de ce que vous percevez comme des menaces. Vous auriez probablement intérêt à comprendre pourquoi et comment vous perdez confiance en vous. Vous y trouverez une richesse qui renforcera le sens que vous donnez à votre travail.

Pour une raison difficile à expliquer, vous avez choisi un sujet ou une histoire. C’est sans doute que vous imaginez que votre livre fera naître une émotion chez vos lecteurs et qu’ils aimeront votre livre pour cela. C’est la base de tout processus créatif : déceler une idée, la dégager de l’informe comme le sculpteur peut extraire un visage d’un bloc de marbre, la polir puis l’exposer au public. Ne remettez pas en question votre légitimité à le faire. Demandez-vous plutôt pourquoi votre élan se bloque et la raison pour laquelle vous perdez parfois vos moyens. Car c’est vous qui êtes en question. Ce n’est pas une raison objective et extérieure qui vous arrête.

Si votre introspection est patiente et exigeante, vous y trouverez sûrement une réponse intéressante. Cela vous demandera probablement d’y penser de façon approfondie, en y revenant à de nombreuses reprises. Plus vous affermirez votre pensée, mieux vous gérerez ce mélange de vertige et d’excitation que vous ressentez quand vous créez.

Solution : Si vous parvenez à canaliser votre énergie créative, vous vous enrichirez d’une nouvelle compétence. En faisant la synthèse de vos sensations et en exposant de façon claire et limpide tout ce qui demeure confus chez le commun des mortels, vous deviendrez un auteur reconnu pour sa capacité à exprimer clairement sa pensée. Alors plutôt que de vous dévaloriser, accueillez ce frisson qui puise dans votre inconscient car il enrichit la personne que vous êtes. Ne doutez pas de vous, doutez de vos réactions.

Apportez du soin à tout ce que vous écrivez, soignez votre style et si le doute est toujours là, transformez le en une pensée créatrice. Faites-en quelque chose de concret. Vous êtes animé d’un élan de sincérité. Vos idées sont justes. Alors, persévérez ! « Le difficile est le chemin. » écrivait le philosophe Kierkegaard.

Conclusion

Le philosophe John Locke disait : « Il faut du temps et une longue pratique pour arriver à un certain degré de talent. » Si vous avez un don, vous devez le travailler. La créativité, c’est comme la gymnastique : plus vous pratiquez, meilleur vous serez. Les grands créatifs sont avant tout de gros travailleurs.

C’est parce qu’on se donne des règles qu’on peut ensuite s’en affranchir. C’est la répétition qui vous autorisera à vous en libérer. Le talent c’est cette aptitude que possèdent certains pour intégrer des règles et ne plus y penser. Elles deviennent inconscientes, sont invisibles pour votre lecteur, mais elles structurent votre travail. Si elles apparaissent trop, alors votre travail semblera laborieux. Un auteur de BouquinBec nous a dit un jour : « Le talent c’est de donner l’impression aux lecteurs que c’est facile, alors que dans le fond votre texte est extrêmement travaillé. »
Et puisque vous avez un certain don pour l’introspection, vous devriez sans doute explorer les moments où vous sentez monter en vous une forme de vulnérabilité. Au lieu de remettre en question votre démarche d’écrivain, ces instants doivent plutôt la justifier. Ce que vous identifiez comme des freins sont au contraire des repères sur le chemin que vous tracez en avançant.

Vous avez terminé votre manuscrit et vous aimeriez avoir un avis professionnel sur la qualité de celui-ci ?

Découvrez notre offre « Fiche de lecture » !

En savoir plus >