Nom

Grille Liste

10 par page

7 article(s)

  1. Ma vision pour un Québec Démocratique - Tome 1

    19,00 $CA
    « Dans ce recueil, le blogueur du site Décentrer nous fait part, sous différents angles, de sa vision d’un Québec démocratique. Il croit que la démocratie est l’affaire de tous les citoyens, tant des croyants de foi athéiste que des fidèles de foi théiste. La lecture de cet ouvrage ne vous laissera pas indifférents. Soyez-en certains.» Éric Le Ray, éditeur «Tout au long de ces pages, Éric Lanthier nous offre une critique de la société québécoise. Sa vision particulière nous transporte dans un Québec entièrement démocratique qui protège sa culture, sa langue française, son patrimoine unique et son histoire qui s’étale sur plus de quatre cents ans, de Jacques Cartier à aujourd’hui. Cet ouvrage est une lecture unique du Québec où l’auteur amène les Québécois à considérer la faisabilité de son projet d’une société respectueuse de son passé tout en étant ouverte sur le monde et sur l’avenir.» Gary Caldwell, sociologue et ex-membre de la Commission des États généraux sur l’éducation « Dans un Québec démocratique, il n'y a pas de place pour la pensée unique » Éric Lanthier En savoir plus
  2. Ce que le Canada ne vous dira jamais

    Vous voulez savoir à quel point le Québec constitue un bijou de diversité pour l’humanité; comment le mouvement indépendantiste est au cœur des succès de la Révolution tranquille; à quel point la propagande canadienne est plus souvent qu’autrement de la fausse représentation; comment la question de la péréquation au Québec ne sert finalement qu’à duper tout un peuple? Vous voulez connaître la richesse de notre patrimoine, nos héros, ces femmes et ces hommes plus grands que nature; nos relations et celles des Anglo-Saxons avec nos frères autochtones; le traitement du fait français depuis 260 ans; ce qu’il en fut réellement de la question de l’esclavage au Québec; vous voulez savoir comment le Canada depuis 150 ans n’est finalement pour nous que leurres et usurpations? Vous le saurez en lisant Ce que le Canada ne vous dira jamais. En savoir plus
  3. Une saga canayenne

    8,65 $CA
    Une saga canayenne L’introduction (Il y a longtemps…) explique les scrupules et les difficultés qui ont longtemps retardé un chercheur français dans sa prise de parole non conformiste sur une collectivité ethnique très discrète. Le parcours historique de celle-ci est d’abord revisité (chapitre 1, Nouvelle France, nouveaux Français, chapitre 2, Les inconquis, et chapitre 3, Deux siècles d’autodétermination), puis conceptuellement abordé et dédramatisé (chapitre 4, Les faux drames de la territorialité, de la minorité et de la dualité). L’hypothèse d’un syndrome de l’abandon, selon laquelle les abandons redoublés subis par les Canayens les auraient endurcis à être facilement abandonneurs (Chapitre 5, Abandonnés, abandonneurs des Métis, des Canayens aux Etats (les Franco-Américains), des Canayens à l’ouest (les Francos du ROC) et finalement des Canayens au Québec) sert d’introduction à l’analyse contemporaine du groupe ethnique : comment s’identifier lorsqu’on est innommable (chapitre 6, Perdre son nom) et que tant de facteurs se conjuguent pour mésestimer son passé (chapitre 7, Désavouer sa culture et chapitre 8, Renoncer à son Histoire) ? Au terme de son travail d’analyse et débouchant sur des propos constructifs (chapitre 9, In cauda remedium : connaître et reconnaître l’ethnicisme), le livre suggère qu’une approche scientifique mariant la psychologie politique et la sociologie des groupes, voire le déchiffrage de simples recensements, permettrait sans doute de mieux comprendre et surmonter maintes tensions du Canada d’aujourd’hui. En attendant, il souhaite que les Canayens n’échangent pas leur droit d’aînesse contre un plat de lentilles idéologiques ou ne fassent pas courir à leur luxuriante culture le risque de messianismes politiques. Jean Tournon En savoir plus
  4. Le Journal sans Journalistes

    15,00 $CA
    Pour résumer, le simple citoyen, les gens ordinaires comme aimait à les qualifier George Orwell dans son oeuvre, qui n’ont pas forcément une carte de presse, remettent en cause le quatrième pouvoir traditionnel pour en fonder un cinquième, celui des individus, car ils sont tous devenus un média. Un processus que nous avons traduit en créant un nouveau modèle, dès 2005, autour de la notion théorique de « People is the message » (les gens sont le message), car ils sont le message et son sens en même temps. Ils sont devenus le média. Un modèle qui nous semble plus approprié pour analyser notre époque et la construction d’une nouvelle réalité sociale que celui construit par McLuhan qui portait sur la notion de « Medium is the message », avec des notions et des considérations plus extérieures à l’individu, associé à son environnement, naturel ou technologique. Notre modèle permet de recentrer la démarche théorique et pratique autour de l’individu, de son intériorité et de son environnement culturel, de répondre à la question posée par John R. Searle comment chacun d’entre nous individuellement « construisons-nous la réalité sociale objective de cette nouvelle civilisation numérique émergente ? ». Il faut tenir compte des divers réseaux d’appartenance interpersonnelle dans lesquels l’individu communiquant est inscrit qui font émerger une nouvelle forme « d’interactionnisme symbolique » sur une base numérique et plus analogique. Cette révolution des technologies numériques mobiles de plus en plus personnalisée n’existait pas à l’époque où le sociologue canadien des médias McLuhan a proposé son propre concept. Internet, associé à ces technologies numériques mobiles, à l’infonuagique et aux médias sociaux, contribue donc aujourd’hui à la construction sociale d’une nouvelle réalité, un nouveau visage du monde, une nouvelle dimension. En savoir plus
  5. Laurent Gbagbo du statut de messie à la bête politique

    25,00 $CA
    Cet ouvrage vise humlement, sur la base d'une analyse factuelle, à éclairer la lanterne des uns et des autres sur ces abracadabrantesques transmutations idéologiques, ces voltefaces spectaculaires, à la limite du reniemant de soi, caractéristiques de nos hommes politiques, une fois le pouvoir suprême acquis. Sans manichéisme aucun, le cas Laurent Gbagbo est une illustration typique de cette façon de conduire le destin politique des peuples, une expérience décisive méritant une attention particulière. En savoir plus
  6. Et si j'étais maire de Montréal

    19,95 $CA
    À l'instar de Martin Luther King, il faut avoir un rêve, un beau rêve, un grand rêve. II faut construire une ville animée, sûre, durable et saine comme Ie propose Jan Gehl dans son livre ''Pour des villes a échelle humaine (2010)''. II faut collectivement trouver la manière d'y arriver. Rêvons d'une ville de Montréal prospère et dynamique qui a les capacités de s'adapter, de se moderniser et d'être à la mode. Ouverte sur Ie monde extérieur, accueillante, souriante et, pourquoi pas, sécuritaire et inclusive. Une ville ou les citoyens disposeront d'un logement répondant à leurs besoins et à leur capacite de payer. Une ville qui leur offrira un milieu de vie agréable. Ou ils auront accès près de chez eux à des espaces verts, à des commerces de proximité, à une desserte en transport collectif adéquate. Ou ils pourront participer à des activités de loisir, de sport et de culture. Ce Montréal doit être à dimension humaine. Tous et toutes pourront s'y sentir bien. Une ville inclusive pour tous les âges, les hommes et les femmes, les communautés ethniques. Rêvons que Montréal soit constamment parmi les dix plus grandes villes du monde, et ce, dans tous les domaines. Ville universitaire et de recherche, ville de creation culturelle, ville durable, ville à la fine pointe de la technologie, ville de la qualité de la vie, ville du plein emploi, ville propre, ville solidaire, ville à echelle humaine, ville securitaire. Une ville de l'avenir et du 21e siècle. (extrait de l'introduction) En savoir plus
  7. Algérie: Un sens au chaos

    19,95 $CA
    Oui, Monsieur le Président, on n'en verra jamais la fin. Nous autres Algériens resterons d'éternels malheureux. Notre baraque , l'Algérie, est très sale, malheureuse, et surtout malade de ses chefs. Prétendre la rendre propre c'est comme nettoyer les écuries d'Augias. Appeler à la barre les hauts gradés, les politiciens, les terroristes, les narcotrafiquants, les entrepreneurs, les cadres supérieurs, les financiers, les commerçants, les algéroristes* ? Ça ne finirait plus. Quand bien même on déciderait à les appeler, ils seront auditionnés par qui ? Par ces fameux gardiens de la morale et de la justice ? Eux aussi doivent être appelés à la barre ! Quel cercle vicieux ! Alors fermons les yeux sur tout ça et gardons bien notre fierté. N'arrêtons pas là. Continuons. Unissons-nous et faisons tout ce dont nous sommes capables, pour devenir le pays le plus corrompu et le plus terrorisé de la planète. En tout cas, chez nous, la corruption et la terreur sont si constantes et si répandues, qu'elles en deviennent la norme dans la gestion des affaires. Elles se conjuguent à tous les temps et ce sont elles qui font rouler l'économie ; a-t-on idée de vouloir les contrer ? En savoir plus
Nom

Grille Liste

10 par page

7 article(s)